Follow:
Santé

L’essentiel sur le jeûne

L'essentiel sur le jeûne

Cela fait plus d’un an que je pratique le jeûne thérapeutique. Sur les réseaux sociaux, je vous en parle fréquemment mais je n’avais jamais pris le temps de vous expliquer cette pratique plus en détail sur le blog. Ces dernières semaines j’ai reçu de nombreuses questions sur le jeune thérapeutique, le jeune intermittent et sur pourquoi et comment jeûner. Je me suis donc décidé à vous consacrer un article spécial, un “dossier” spécial jeûne avec, en parallèle, pour ceux qui le souhaitent un suivi et un accompagnement en Naturopathie dédié et personnalisé pour cette pratique qu’est le jeûne.

Le jeûne thérapeutique qu’est ce que c’est ?

Jeûner, c’est se priver. S’abstenir de manger. Dans nos sociétés modernes, notamment avec “les progrès” de l’agro-alimentaire, l’heure est plutôt à la sur abondance. Jeûner nous parait donc à première vue aberrant voir même dangereux. Nous pensons que notre corps n’a pas la capacité de s’abstenir de manger. Lors de l’évolution, l’humanité a toujours été confrontée à de fréquentes fluctuations d’apports de nourriture (rythme des saisons). L’Homme a eu la capacité de s’adapter et c’est un avantage certain qui a permis la survie de l’espèce humaine.

Bien que le jeûne soit habituellement une pratique religieuse, il est aujourd’hui présenté comme une véritable thérapie. De plus en plus de chercheurs travaillent sur ce sujet, et de nombreux médecins conseillent à leur patients de jeûner pour soulager les symptômes liés à diverses pathologies.

Il y a différents types de jeûne:

  • sec: aucune prise alimentaire (solide ou liquide).
  • hydrique : pas d’aliment mais seulement de l’eau, infusion ou jus frais.
  • intermittent: c’est un jeune sec ou hydrique de courte durée (par exemple prendre son dernier repas à 20 heures et son premier repas après 13 heures).

Quelque soit le type, prenez l’avis d’un professionnel avant de débuter un jeûne thérapeutique.

Pourquoi jeûner ?

Le jeûne est une nécessité. A travers notre mauvaise hygiène de vie, nous accumulons un excès de toxines dans nos organes. Ceux-ci se retrouvent donc saturés et les cellules composant ces organes ont de plus en plus de mal à fonctionner correctement et à se régénérer. Cet état affecte sans aucun doute notre santé et plus précisément notre vitalité.

Les bienfaits listés ci-dessous concernent surtout le jeûne de longue durée (plusieurs jours) ou d’un jeûne court répété fréquemment (plusieurs fois par semaine).

Protection du système hématopoïétique:

Le système hématopoïétique est l’ensemble des organes qui contrôlent la formation des cellules du sang comme les globules rouges, les globules blancs ou les plaquettes. Ce système est impliqué dans le bon fonctionnement de notre immunité notamment dans la reconnaissance d’antigène (corps étranger) par les lymphocytes T (ce sont des cellules très importantes de notre système immunitaire). Lorsque l’on subit de lourds traitements chimiques comme la chimiothérapie, notre immunité peut être ralentie voir inhibée. Apres plusieurs jours de jeûne, on observe une augmentation de ces lymphocytes et par conséquent la reconstitution de l’immunité et une augmentation des cellules souches.

Résistance au stress oxydatif

Des études ont été menées sur des souris atteintes d’un cancer. La chimiothérapie (mais pas que) induit la production de composés réactifs dérivés de l’oxygène qu’on appel ROS (par exemple les radicaux libres). Ces composés sont toxiques, ils endommagent la structure de nos cellules et créent ce qu’on appelle le stress oxydatif (c’est à dire qu’il y a plus de radicaux libre que d’antioxydants dans notre corps).

L’expérience menée était de soumettre les souris cancéreuses au jeûne en plus du traitement de la chimiothérapie et comparer le taux de survivantes à un groupe de souris témoin (traitement de chimiothérapie sans le jeûne). Cette étude a mis en évidence qu’ il y avait 96% de survivantes contre 34% chez le groupe témoin. Chez les souris cancéreuses, le jeûne augmente la résistance au stress oxydatif et à la toxicité induite par la chimiothérapie.

Stimulation des mécanisme d’autophagie

L’autophagie (“se manger sois même”) est la dégradation d’une partie de la cellule qu’on appelle le cytoplasme par la cellule elle même. C’est un nettoyage des déchets accumulés dans les lysosomes. Ces petits « sacs » dont sont dotés nos cellules contiennent des enzymes digestives qui vont avoir pour effet de détruire ces fameux déchets. Le corps procède donc à un premier recyclage puis à un véritable décrassage. Il va se régénérer en éliminant les parties usées. L’autophagie est donc un mécanisme de régulation qui permet l’adaptation et la survie des cellules soumises à des conditions de stress. Il existe naturellement quand nous nous alimentons mais est boosté par le jeûne.

jeûne

 

jeûne

 

Les études de Yoshinori Ohsumi, prix Nobel de médecine et de physiologie en 2016,ont d’ailleurs mis en évidence que le jeûne stimulait davantage les mécanismes d’autophagie et les mécanismes de détoxication. À noter que le dysfonctionnement de ces mécanismes peut être associé à des maladies tel que le cancer, Parkinson ou des infections bactériennes et virales.

Les bienfaits du jeûne sont nombreux et je ne pourrais tous les citer et les expliquer. J’ai sélectionné ceux qui me semblaient les plus pertinents mais de nombreuses études ont mis en évidence d’autres vertus du jeûne prolongé. Parmi celles-ci :

– la réduction de la taille des tumeurs (diminution des hormones et des facteurs de croissance)

– la réduction des effets secondaires de la chimiothérapie
– la réduction des douleurs en cas de maladies chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde ou la fibromyalgie
– l’amélioration des syndromes métaboliques comme l’obésité et le diabète (augmentation de l’action de l’insuline, augmentation de la lipolyse et de la tension artérielle).
– l’amélioration de notre microbiote intestinal

Que se passe t-il quand on jeûne ?

Au delà de 24 heures de jeûne, nos réserves de glucose et de glycogène sont épuisées. Mais notre corps est capable de fabriquer le glucose à partir d’acides gras. C’est ce qui va se passer durant le jeûne prolongé. Au delà de 5 jours, le foie et les reins produisent des molécules que l’on appelle corps cétoniques. Ils seront utilisés principalement par le cerveau. Ceci permet d’éviter de puiser dans les réserves de protéines. C’est pour cette raison que même après un jeûne prolongé, on ne perd que très peu de masse musculaire.jeûnes

Comment jeûner ?

Avant toute chose, il faut impérativement consulter un médecin et un spécialiste pour savoir si votre état de santé vous permet de jeûner.

Se préparer au jeûne

Ne vous lancez pas dans un jeûne thérapeutique du jour au lendemain. Mieux vous préparer votre jeûne et moins l’intensité de la crise curative sera forte. Lorsque vous avez fait le choix de jeûner, l’idéal est de débuter 3 semaines voir 1 mois après. La raison est simple: un jeûne se prépare. Il faudra donc vous assurer que vos émonctoires ne soient pas trop saturés. Pour cela, une cure de détoxication et de revitalisation, une alimentation saine et riche en micro-nutriments est plus que recommandée. Dix jours avant le début du jeûne, il est conseillé de réduire les quantités des repas et d’adopter un jeûne intermittent. Deux jours avant le début, une alimentation basée uniquement sur des jus, infusions et soupes serait la meilleure option.

Durant le jeûne

Il est tout à fait normal de ressentir une grande fatigue au début du jeûne, des migraines, des crampes et des émotions particulières. Il est primordial de se reposer pendant la crise curative et de se rassurer intérieurement. Si vous continuez une activité physique ou mentale épuisante, votre énergie sera utilisée pour assurer ces activités et non pour vos émonctoires. S’abstenir de nourriture peut être quelque chose d’angoissant pour certains. Ressentir la peur est aussi fréquent. Le jeûne est le moment idéal pour vous essayer à des pratiques de gestion du stress tel que la sophrologie ou la méditation. Si c’est votre première expérience de jeûne sec, je vous déconseille de faire plus de 2 jours. Allez y petit à petit.

L’après jeûne

La pire erreur est de reprendre une alimentation “normale” des la fin du jeûne. Il faut impérativement réintroduire la nourriture progressivement. Commencez d’abord par des jus, infusions, soupes et purées. Des repas liquides puis solides, mais surtout commencer par des repas alcalins avant d’intégrer des aliments acides. Le temps de la reprise doit être égale à la moitié de la durée du jeûne. Si vous jeûnez 6 jours, la reprise en douceur doit durer 3 jours par exemple.

Je pense vous avoir dit l’essentiel sur le jeûne, il y aura prochainement d’autres articles sur des points abordés dans ce dossier.

Encore une fois, cette pratique n’est pas adaptée à tous ! Demandez conseil à votre médecin! 

Si vous souhaitez un accompagnement personnalisé pour mieux vivre la période de jeûne, vous pouvez prendre rendez-vous en cliquant ici, toutes les informations sont données sur ma page.

jeûne


Mes sources:

jeunerpoursasanté.fr

Le jeûne, une nouvelle thérapie de Thierry.V de Lestrade

Prolonged Fasting Reduces IGF-1/PKA to Promote Hematopoietic-Stem-Cell-Based Regeneration and Reverse Immunosuppression

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18378900

https://www.cell.com/trends/molecular-medicine/fulltext/S1471-4914(12)00093-7

 

Previous Post Next Post

You may also like

4 Comments

  • Reply Echa

    Bonjour,
    J’ai trouvé cet article très intéressant, et je m’interroge sur un point. Lorsque vous parlez des bienfaits du jeune “que se passe-t-il quand on jeûne”, s’agit-il du jeûne sec?
    Par ailleurs est ce que les bienfaits sont les mêmes pour le jeune du mois du Ramadan? (en évitant bien évidemment tous les excès possibles et imaginables durant la rupture dujeune)

    D’avance merci,
    RE.

    10 mai 2018 at 21 h 50 min
    • Reply Fatima

      Bonjour Echa,

      Les bienfaits concernent le jeûne sec et hydrique et le jeûne du Ramadan à condition de ne pas faire d’excès.

      14 mai 2018 at 12 h 44 min
  • Reply Pluriel Bien Ètre

    Très beau travail, documenté et détaillé. Merci Fatima 😉
    L’idéal pour un jeune plus contientieux

    8 mai 2018 at 13 h 10 min
  • Reply Peonies_Blossoms

    Bonjour

    Je pense enfin à laisser un commentaire 😊

    J’ai beaucoup aimé ton article. Clair et précis. Et agréable à lire.
    J’ai appris plusieurs choses. Merci

    Je me suis rendu compte que malgré moi, il m’arrivait de faire un jeune intermittent. Sans savoir que c’était cela et que ça se nomme ainsi. Je suis à l’ecoute de mon corps. Je devais en ressentir le besoin.

    Belle journée à toi.

    8 mai 2018 at 11 h 05 min
  • Leave a Reply

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.