Follow:
Nutrition

Lait de vache – Mon histoire & Réflexion

Lait de vache

Vous êtes si nombreux à me demander ce que je pense du lait de vache et des produits laitiers. Sur mon ancien blog, j’avais beaucoup écrit à ce sujet. Particulièrement sur les problèmes de santé liés à cette surconsommation. Aujourd’hui, c’est sur un tout autre angle que je souhaite aborder le sujet. Je vous livre mon histoire et ma réflexion.

Mon histoire avec le Lait de vache

Jusqu’à l’âge de 3 ans, le seul lait que j’ai consommé était celui qui m’était destiné naturellement : celui de ma mère. Passé cet âge, j’ai consommé le fameux verre de lait imposé avant la récréation à l’école maternelle puis en primaire (en plus du verre de lait que maman me forçait à prendre à 8 heures). Gustativement parlant, je n’ai jamais aimé le lait de vache. 

Tous les matins, après avoir pris mon verre de lait, je ressentais des douleurs au ventre. Des ballonnements et des crampes. Ces douleurs étaient passagères mais vraiment intenses. J’ai grandis avec ces douleurs, elles étaient devenues « normales ». Pour me rassurer, sur le chemin de l’école, je me répétais que « tout le monde a mal au ventre ».

Au collège, j’ai eu mon « indépendance alimentaire ». Maman ne me forçait plus à boire le verre de lait du matin. Ma consommation de lait animal était occasionnelle. Aujourd’hui cela fait deux ans que je n’en consomme plus du tout.

Lorsque j’ai arrêté ma consommation de lait, mes douleurs étaient atténuées. Mais cela m’avait rendue un peu parano. J’avais tellement peur d’avoir mal, que je ne mangeais absolument rien le matin. Au moment de la pause de 10h, mon corps criait famine. Je mangeais donc volontiers les sucreries proposées généreusement par mes camarades. Sans réfléchir, j’ai  repris le lait de vache le matin, pensant que c’était le seul aliment qui pouvait me rassasier. Il m’a fallu moins d’une semaine pour réaliser que je préférais encore mourir de faim toute la matinée que de subir ces douleurs au ventre! C’était véritablement handicapant.

Nul besoin de consulter un spécialiste pour comprendre que j’étais intolérante à quelque chose qui se trouvait dans ce lait. Tout ceci est purement empirique. Je n’ai plus consommer de lait ni de petit déjeuner… Cela ne fait que 3 ans que j’ai compris que tout cela avait un sens. Cet article n’a pas pour but de vous expliquer les éventuels problèmes de santé liés à la surconsommation de lait. Je vous invite si vous souhaitez étudier le sujet, à lire les travaux du Professeur Joyeux et de Thierry Souccar.

Ici je partage simplement ma réflexion que j’ai développé au fil du temps, avant d’arriver à la conclusion, qui est la mienne et que je n’impose à personne.

Ma réflexion autour de la surconsommation de Lait de vache

Lait de vache

Plus j’avançais dans mon cheminement vers une meilleure consommation, et plus la question du lait et plus précisément de sa production m’occupait l’esprit. Toutes ces réflexions m’ont amené petit à petit à la conclusion suivante: je ne pouvais pas continuer de soutenir cette injustice.

Injustice pour qui me direz-vous? Tout simplement pour la première concernée: le vache! J’ai plusieurs fois essayé d’imaginer le moment ou celle-ci était inséminée artificiellement. Très jeune et plusieurs fois dans leur misérable et courte vie de vache laitières. M’imaginer ce moment de déchirement entre elle et son enfant. Ce veau qui n’aura pas la même chance que moi: boire le lait qui lui était destiné. Ressentir les douleurs physiques qu’elle pouvait subir à force d’être traite, encore et encore.  Sous antibiotiques et hormones pour être toujours plus productive. Mourir épuisée et malade, trouvant enfin repos dans le rayon frais de nos supers marché.

Loin de moi l’envie de vous convaincre par les émotions et les sentiments. Je ne cherche d’ailleurs pas à convaincre.

Je ne veux pas soutenir et cautionner ces pratiques qui vont à l’encontre de mes valeurs et qui sont à l’opposé du mode de vie vers le lequel je tend depuis maintenant trois ans. Je ne veux pas cautionner une des cause de la destruction de notre planète.  Je ne suis ni vegan, ni végétarienne, je ne veux être mise dans aucune case. J’aspire simplement à vivre en harmonie avec le reste de la Création.

Fatima

Previous Post Next Post

You may also like

3 Comments

  • Reply Chic au naturel

    Coucou Fatima … je me retrouve dans ta démarche ! Je n’ai pas eu de douleurs comme toi lors de la consommation / digestion de lait de vache, mais je n’ai jamais vraiment apprécié son gout ! Plus les raisons importantes que tu as cités à la fin …

    30 mai 2017 at 16 h 52 min
  • Reply Ummii

    Salam aleykoum !

    Article très intéressant, et en lisant ton texte je me suis rappelée que moi aussi étant plus jeune je n’aimais pas boire cette brique de lait que nous passait la garderie après l’école, c’était un calvaire d’en boire même le matin au petit déjeuner. Et, je ressentais également des douleurs à l’estomac après avoir bu mon lait, avec une gène qui passait peut être au bout d’une bonne heure.. Tout ça je viens seulement de m’en souvenir. Je me souviens aussi d’une fois ou ça n’est pas passé et j’ai tout régurgité depuis je ne prenais plus rien au petit déjeuner, de peur d’à nouveau tout vomir.
    Finalement je me reconnais beaucoup dans ce texte, ce qui me donne envie de suivre ton blog avec intérêt. Très bon blog

    31 mai 2015 at 14 h 19 min
    • Reply larevolutiondansnosassiettes

      Salam! Je pense que beaucoup d’entre nous sont passée par là, ça ne m’étonne que de plus en plus de personne digèrent mal le lait de vache!
      C’est gentil de ta part ma belle! Bienvenue à toi!

      31 mai 2015 at 19 h 09 min

    Leave a Reply

    *